Vous avez un enfant motivé. Il étudie ses leçons, il passe des heures à travailler les contrôles. Il pense les avoir réussis. Quand le professeur rend les copies, les résultats sont moyens. Il voudrait avoir beaucoup plus.

Et pourtant, les mêmes erreurs de calcul sont présentes. Vous pensez alors au stress. La pression des contrôles lui fait perdre ses moyens. Il apprend mais les difficultés semblent de plus en plus insurmontables. Il passe d’année en année. En troisième, ça allait. La seconde c’était limite. Et maintenant arrivé en première, il se met à décrocher. Les résultats tombent en dessous de la moyenne.

Vous vous dites qu’il n’a pas le déclic. Qu’il n’est pas mûr. Que les maths ne sont pas faites pour lui.

Avec une douzaine d’années d’enseignement dans le public du collège aux classes préparatoires, je sais que tout cela est faux. Apprises à l’envers, effectivement les mathématiques sont difficiles et ingrates. On les travaille mais ça ne marche pas… on achète les livres d’exercices corrigés… on fait 10 fois le même exercice, 20 fois… et pourtant… ça ne passe pas.

Pourquoi ? Parce qu’il faut comprendre. Trouver quelqu’un qui explique. Trouver quelqu’un de patient et de pédagogue. Trouver quelqu’un qui sait entendre le raisonnement d’une personne et qui apprend à l’autre à le corriger. Trouver quelqu’un qui donne des outils qui conviennent à l’apprenant, trouver quelqu’un qui aborde les concepts pour que l’autre se les approprie.

A l’école AVOSZ c’est ce que l’on fait et on obtient des résultats. Plus 4 points en général sur la moyenne pour des personnes ayant des difficultés depuis des années, des lacunes qui se sont accumulées, qui ont déjà épuisé 5 professeurs particuliers avant…

Alors n’attendez plus. Contactez l’école.